jeudi 3 novembre 2011

[Test] Voici mes impressions complètes de la tablette Sony S

La guerre des tablettes fait rage, il est donc tout naturel pour Sony de rentrer dans la danse en proposant deux modèles au look particulier, la P qui proposera un double écran pliable telle la Nintendo DS, et la S plus classique, mais qui arborera un design unique. C'est cette dernière qui est passée entre nos mains dans sa version Wi-Fi 16 Go.

 sony-tablet-s-screenshot-02



Spécifications techniques :


  • Écran
    • Résolution : 1280 x 800
    • Taille d’écran : 9,4 po



  • Caméra
    • Avant : 0,3 mégapixels
    • Arrière : 5,0 mégapixels



  • Poids et dimensions
    • Dimensions (approx.) : 24,12 x 1,01 x 17,43 (cm)
    • Poids (approx.) : 585 grammes



  • Sans fil/Réseau
    • Technologie BluetoothMD : Bluetooth Integrated Stereo A2DP (2.1 + EDR)
    • Wi-Fi : IEEE802.11b/g/n


  • Système d'exploitation
    • Android Honeycomb 3.1 installé (mise à jour 3.2 disponible au lancement)


  • Processeur
    • NIVIDA Tegra™ 2 cadencé à 1 GHz



  • Mémoire/Stockage
    • de 16 à 32 Go (selon modèles)
    • SD jusqu'à 64 Go
    • Mémoire Vive : 1 Go



  • Batterie
    • 5000 Mah non amovible (8 heures annoncés)




  • La tablette se retrouve dans un emballage assez simple et sobre comme à l’accoutumée par le constructeur. Avant de découvrir directement l’appareil, la feuille d’instructions de démarrage l’enveloppe afin d’être sûr de ne pas faire de bêtises dès le début.
    Après avoir retiré le fascicule, nous retrouvons la belle dans un sachet plastique, puis un livret très succinct sur l’utilisation, le guide complet lui se retrouve en ligne à des fins écologiques… Puis, le carton renferme l’adaptateur secteur servant à recharger la tablette, une dragonne à attacher dessus pour ne pas la laisser tomber.
    Côté design, Sony a décidé de se démarquer de la concurrence en proposant une forme non conventionnelle, représentant un magazine ouvert replié. Cela permet d’avoir un meilleur angle de vue lorsque l’ardoise numérique est déposée sur une table, où une meilleure prise en main lorsque nous la tenons avec une seule. La première surprise lorsque nous la prenons est le poids, alors que nous pouvions penser à une certaine lourdeur, elle se révèle très légère et agréable. La façade arrière possède un revêtement granuleux afin qu’elle ne nous glisse pas entre les doigts et l’écran capacitif possède une vitre brillante d’une belle qualité mais sur laquelle nos doigts laissent très facilement de grosses traces. Pour les plus soigneux d’entre vous, il faudra alors rapidement se munir d’un protège-écran afin de pallier ce défaut. Nous avons d’ailleurs installé l’officiel vendu par Sony qui est d’excellente qualité et se pose très facilement, fini les grosses traces de doigt, les reflets sont amoindris et surtout il n’y a plus de risque de rayures sur le précieux objet.
    Sur la tranche gauche, nous retrouvons une languette plastique renfermant une prise micro-USB femelle ainsi qu’un slot pour une carte SD. Si le choix d’un port pour une carte SD complète et non mini ou micro est appréciable pour une plus grande compatibilité, nous regrettons que le port USB ne soit pas un port mini-USB traditionnel pour y brancher facilement un disque dur externe ou une clef amovible, il faut donc acheter un câble adaptateur pour en profiter. De l’autre côté, se trouvent les boutons traditionnels de mise en marche et du contrôle du son ainsi que le voyant lumineux qui nous avertit de la mise en charge ou d’un nouveau message.
    La forme peut paraître surprenante au début et demande un certain temps d’adaptation, mais elle se révèle très confortable et agréable une fois que nous l’avons adoptée.
    sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-03



    La tablette met un certain temps à démarrer, nous pensions que c’était uniquement la première fois, mais force est de constater qu’à chaque fois que nous l’éteignons complètement pour la rallumer, elle met environ une minute à revenir à l’écran principal. Lors du premier allumage, il nous est demandé de configurer les paramètres de base comme l’heure, le fuseau horaire, la langue du clavier. Une fois cela fait, nous voilà sur l’interface Android Honeycomb 3.1 avec une surcouche Sony.
    La navigation dans les menus de la tablette se fait de manière très rapide et fluide, peut-être la plus rapide que nous ayons vu dans la gamme Honeycomb. D’ailleurs, dès que nous arrivons sur le menu d’accueil, il nous est proposé de faire la mise à jour pour installer la version 3.2 du système d’exploitation.
    Comme habituellement, nous avons quatre écrans pour y insérer toutes nos icônes et widgets. Les raccourcis Google sont tous proposés et la barre de recherche vers le célèbre moteur est disponible en haut à gauche. À ses côtés, nous avons la recherche vocale, l’accès aux mails, la télécommande infrarouge, le Reader Store et le navigateur Web. Celui-ci dispose lui aussi d’une surcouche Sony offrant une navigation plus rapide et un affichage accéléré, sa page d’accueil nous présente les toutes dernières applications conçues spécialement pour la tablette. Le menu regroupant toutes celles se trouvant sur la tablette peut s’organiser à notre convenance et bénéficie d’une petite animation d’étirement lorsque nous naviguons à l’intérieur. Dans les galeries, nous pouvons remarquer également un effet sur les ombres des vignettes lorsque nous bougeons l’appareil.
    Elle offre donc la même ergonomie que les autres tablettes sous Honeycomb avec quelques petits plus visuels très sympathiques à l’œil et une navigation légèrement plus fluide.
    sony-tablet-s-screenshot-03



    Une pléiade d’applications sont pré-installées et sont disponibles dans le menu qui leur est consacré disponible en haut à droite de l’affichage principal. Nous retrouvons FourSquare, Gtalk, Google Latitude, mais aussi des lecteurs audio et vidéo propriétaires à la marque, le GPS intégré et bien d’autres. La Sony S étant certifiée PlayStation, deux jeux nous sont proposés : Pinball Heroes et Crash Bandicoot (remplacé par Medievil pour la version européenne). D’autres services propres à Sony nous sont offerts comme Reader, Music Unlimited et Video Unlimited. Léger inconvénient pour les jeux utilisant les gâchettes puisqu’elles se retrouvent sur l’affichage principal et sont difficiles d’accès. Le PlayStation Store a fini par ouvrir ses portes, mais la déception était grande puisqu'au final, ce n'est pas le même compte que celui utilisé pour les consoles de la marque, mais une boutique à part où il faudra repasser par la caisse afin de se procurer les quelques jeux PlayStation première du nom.
    sony-tablet-s-screenshot-05
    Un autre utilitaire qui est un des points forts de l’appareil est la télécommande infrarouge nous permettant de contrôler tous nos appareils Hi-Fi après une simple configuration. Il reprend le concept d’une télécommande Harmony, en cliquant sur l’icône puis sur ajouter, une liste déroulante nous est proposée suivant le type d’équipement, sa marque et son modèle. Petit point négatif, au lieu d’avoir le modèle exact de chaque marque comme l’accessoire de Logitech, nous n’avons droit qu’à un choix de « Type » numéroté sans aucune description, c’est donc un peu au petit bonheur la chance pour retrouver les réels boutons de la commande originale. Si toutefois l’appareil n’apparaît pas dans la liste des choix, il est possible de l'enregistrer manuellement via le capteur situé sur le haut de l’appareil, il faut alors inscrire chaque touche de la télécommande pour l’utiliser ensuite.
    Il y a également une option pour la connectivité DLNA avec des appareils compatibles, afin de partager d’un simple geste une image, une vidéo ou une musique en cours d’utilisation. Nous pouvons donc envoyer littéralement, mais virtuellement, nos photos de voyage sur une télévision connectée sur le même réseau, et ce sans avoir besoin de brancher de câble. Cependant, cela restreint le concept à certains appareils, ce n’est pas tout le monde qui dispose d’un Home Cinéma DLNA…
    Détail amusant, il est possible de l’utiliser pour une Xbox 360, mais pas pour une PlayStation 3, un comble pour une tablette censée être PlayStation Certified… Mais cela s’explique simplement par le fait que la console de salon fonctionne via Bluetooth et non infrarouge. Pour pouvoir en profiter également sur sa PS3, il faut installer l’application PocketBlu disponible sur l’Android Market et associer la tablette avec le monolithe noir. Cette dernière nous permettra également de copier la version numérique d’un Blu-ray pour ceux qui proposent l’option, le premier du côté de l’éditeur Fox étant X-Men First Class ; nous vous proposerons un tutoriel dans les jours à venir.
    sony-tablet-s-screenshot-07



    Voici en photos la belle :
    sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-01
    sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-02sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-03sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-04sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-10
    sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-05sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-07sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-09sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-06sony-tablette-s-photos-deballage-2011-10-30-08
    Et celles prises par la bête (durant un séjour à New York) :

    Et deux extraits vidéos, un de jour et un de nuit de Time Square :




    La première Tablette de Sony est donc une réussite et un petit bijou technologique. Son design peut inquiéter au départ, mais il séduit dès le premier contact. Cependant, même s’il propose un confort plus agréable lors de la prise en main ou lorsqu’elle est posée sur une surface plate, elle exige des accessoires adaptés comme la housse de protection. Les logiciels exclusifs sont très pratiques et ingénieux comme la télécommande infrarouge et les services du PlayStation Network Entertainment comme le PlayStation Store, Video Unlimited ou Music Unlimited, en espérant que la boutique en ligne s'étoffe un peu... Autre point négatif remarqué après un temps d'utilisation, certaines applications ont du mal à se lancer et tombent rapidement en erreur, il faut alors les désinstaller et les réinstaller pour retrouver un usage normal.
    Elle est disponible depuis le 4 octobre dans trois modèles différents, Wi-Fi 16 Go à 489,00 € TTC, Wi-Fi 32 Go à 588,99 € TTC et 3G 16 Go à 599 € TTC.
    Elle se distingue des autres par son look, mais aussi par ses applications intégrées et son ergonomie, cependant son prix en rebutera plus d’un ainsi que son manque de connectique, pallié toutefois par ses dispositifs sans fil. La prochaine tablette numérique de la marque sera la P et se distinguera également par un visuel inédit pour le genre (mais reprenant celui des Game & Watch), un double écran repliable de 5 pouces, cependant elle ne dispose toujours pas de prix ni de date de sortie.
    sony-tablet-s-screenshot-06

    3 commentaires:

    Alain a dit…

    Même si je doute (encore et toujours) de l'utilité des tablettes. Force est de constater que l'objet a de quoi séduire (tu la vends très, très bien). Le simple fait de pouvoir s'en servir comme télécommande, ou de profiter de la version numérique d'un film sur sa tablette donnent envie.

    Jérôme et Julie a dit…

    Très pratique quand tu voyages, et le plaisir et le confort de pouvoir naviguer et t'amuser sur un écran d'une bonne taille sans avoir toute la configuration d'un PC portable. Et surtout l'autonomie ! Un netbook ou un PC portable, 2h à tout casser, une tablette tient 8h environ !

    Jérôme et Julie a dit…

    Et là je cherche comment réduire l'article pour cliquer dessus et le voir en entier...