samedi 5 novembre 2011

[Test] Batman: Arkham City (PS3)

 
Scénario.
Après avoir nettoyé l'asile d'Arkham, Batman s'attaque à la ville entière pour y affronter les plus grands vilains de la série. Le Joker se retrouve infesté par un virus qui met sa vie en danger. Ses jours étant comptés, il décide de le partager avec notre justicier ainsi qu'à toute la ville pour le motiver à trouver le remède.
Nous volons à travers les toits de la ville grâce à notre grappin et notre cape nous permettant de planer au-dessus des bâtiments.
Nous allons rencontrer de vieux "amis" au cours de notre aventure comme le chapelier fou, Bain, le pingouin, ou encore le Dr Hugo Strange. Chacun aura une importance plus ou moins grande dans l'histoire. Certains ne feront même office que de clin d'œil et disparaîtront aussi vite qu'ils seront apparus. C'est cela que je regrette le plus de ce nouvel épisode, les personnages sont moins travaillés et ont un impact presque insignifiant, des raccourcis sont pris quant à leur rôle et leur relation avec le chevalier noir.
Nous incarnons Batman la plus grande majorité du temps, mais nous avons également la possibilité de jouer Catwoman pour ceux qui se sont procurés le jeu en neuf. En effet, l'éditeur a décidé d'inclure un code pour débloquer la femme chat. Ceux qui attendent le jeu en occasion devront donc acheter ce pass pour jouer avec. Mais cela peut également désavantager ceux qui n'ont pas de connexion internet puisqu'il faut le télécharger en ligne...




Gameplay.
Ceux qui ont fait le premier volet ne seront pas déboussolés, nous reprenons les bases et nous ajoutons le plein de nouveaux gadgets et d'enchaînements. La croix directionelle permet de sélectionner notre gadget, tandis que les autres boutons s'utilisent de manière intuitive. Un tutoriel au début nous permet de nous familiariser avec les touches et les actions à effectuer dans notre environnement. Tout apparaît à l'écran, nous ne sommes donc pas perdus sans savoir quoi faire.
Nous pouvons arpenter la ville en s'agrippant de gargouilles en corniches via la touche R1, puis s'amuser à planer ou descendre en plongée sur un ennemi.
Le mode détective est toujours de la partie en appuyant sur Select, nous passons en vue spéciale qui nous permet de détecter toutes les personnes aux alentours, ainsi que tous les éléments destructibles ou interactifs.
En plus de notre mission principale de trouver un remède pour sauver notre peau, mais aussi toute la population, nous découvrons un paquet de missions secondaires dont certaines s'afficheront sur la carte, mais d'autres demanderont plus de recherches. C'est un véritable sandbox à la manière d'inFamous ou d'un GTA. La durée de vie s'en trouve par le fait allongée à plusieurs dizaines d'heures de jeu, pour le mode histoire, il faut compter une dizaine d'heures pour en voir le bout, mais la tentation de s'adonner à quelques quêtes annexes et grandes, surtout afin de gagner des points d'expériences au fil des combats pour améliorer son armure, ou acheter des nouveaux joujoux ou coups. À cela, il faut ajouter plusieurs défis et modes jeux afin de compléter à 100 % le titre, sans oublier les chasseurs de trophées qui en ont 61 à débloquer.


Graphismes.
Même si nous reconnaissons le moteur graphique du premier épisode, il faut avouer que Rocksteady l'ont bien amélioré depuis la sortie d'Arkham Asylum. Les décors sont sublimes et les effets de lumières très réussis. Seule ombre au tableau le clipping (apparition tardive d'éléments visuels) qui peut parfois être déroutant, surtout après avoir perdu la vie où notre ennemi vient se moquer de nous. L'ambiance sombre de la série est au rendez-vous et il y a très peu de ralentissements dans l'action pour ne pas dire pas du tout.
Les personnages sont très travaillés, leurs mouvements restent très naturels et fluides. Du très bon travail.
Bande-son.
La trame sonore est une réussite, les musiques rythment bien le jeu et nous transportent complètement dans Arkham City. Les bruitages sont de bonnes factures et le doublage est juste parfait. Que ce soit dans la version originale avec Mark Hamill en Joker incroyable (souvenez-vous Luke Skywalker...), ou le doublage français qui reprend les voix qui ont bercé notre enfance dans le dessin-animé.
Conclusion.
Batman Arkham City est une véritable réussite qui offre des heures et des heures de plaisir aux fans de l'homme chauve souris comme à tous les amateurs de jeux d'aventure. Visuellement impeccable, le jeu est accompagné d'un plaisir de jeu et d'une mécanique maîtrisé, il s'inscrit naturellement dans la liste des jeux de l'année à posséder absolument.

4,5 caribous sur 5.



1 commentaire:

Alain a dit…

Là, je proteste ! Si tu commences à attribuer des "demi caribous", tu vas en mettre partout. C'est dégoûtant...
En dehors de cette considération hygiénique, je suis tout à fait d'accord avec toi. Pas tout à fait mon jeu de l'année, mais pas loin.